Forum Reiki Usui

Lieu de partage, d'entraide, d'informations et de discussions sur le Reiki, la Spiritualité et la Connaissance de Soi.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Reiki et photo
par elfe Ven 25 Nov 2016 - 11:48

» Envoi Reiki du jeudi 17 novembre 2016
par lamar Lun 21 Nov 2016 - 20:28

» Chaleur pendant une séance Reiki
par Lydie Lun 31 Oct 2016 - 20:25

» aucun ressenti
par Myriam Dim 30 Oct 2016 - 9:18

» Envoi collectif Reiki du mercredi 19 octobre 2016
par Myriam Jeu 20 Oct 2016 - 15:05

» polarité des mains
par Lydie Lun 17 Oct 2016 - 23:38

» Protocole de nettoyage
par NO_STRESS Lun 12 Sep 2016 - 19:22

» Les égregores
par Lydie Sam 3 Sep 2016 - 10:40

» Purification d'un logement
par Nadège Mer 31 Aoû 2016 - 12:22

» Les 11 caractéristiques et attraits du Reiki
par Lydie Lun 29 Aoû 2016 - 9:58

» L'alimentation saine et les cinq éléments de la création universelle
par Lydie Dim 28 Aoû 2016 - 16:36

» Initiation Reiki pour enfant
par Lydie Sam 27 Aoû 2016 - 13:59

» [Lien] La mémoire de l'eau : vers une révolution de la médecine
par Myriam Ven 26 Aoû 2016 - 23:06

» Prière pour l'Assomption (15 août)
par lamar Mer 17 Aoû 2016 - 12:34

» Les espaces de respiration
par Jew Mar 16 Aoû 2016 - 22:18

» Okuden Kenzi et okuden Koki
par Janaka Mar 16 Aoû 2016 - 9:49

» Sommaire de la section 2e degré
par Lydie Mar 16 Aoû 2016 - 9:32

» Fabriquer du Sel de Bain
par Jew Dim 14 Aoû 2016 - 10:13

Boutique Reiki
Boutique Amazon

Partagez|

Les origines du Reiki : Shugendô, un courant de magie proprement japonais [Symboles et magie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Jew




Messages : 1962
Date d'inscription : 14/05/2013
Age : 25

MessageSujet: Les origines du Reiki : Shugendô, un courant de magie proprement japonais [Symboles et magie] Jeu 29 Mai 2014 - 14:16

Les origines du Reiki : Shugendô, un courant de magie proprement japonais

(Source : extrait de Le grand livre des symboles Reiki, par Mark Hosak et Walter Lübeck, 2005, p.121 sqq)


« J’ai (Mark) rencontré pour la première fois le terme de « Shugendô », mot signifiant « la voie du magicien », au cours de recherches que j’effectuais sur l’origine des symboles Reiki. Très vite, j’ai été frappé par les ressemblances de ce courant de magie et du système de guérison par l’énergie Reiki. Pour citer un exemple, il y a dans le Shugendô ce qu’on appelle les ascètes de montagne (yamabushi), dont les activités, aussi intéressantes qu’inhabituelles, présentent, directement ou indirectement, des similitudes avec le système Reiki mis au point par Mikao Usui, notamment dans le domaine des symboles. C’est pourquoi, je pense judicieux de présenter cette voie spécifique dans ses grandes lignes (comme nous venons de le faire pour le Shintô et le bouddhisme ésotérique), de présenter ce qui dans le Shugendô est proprement japonais et les éléments étrangers qui l’ont durablement influencé. (…)
En termes simples, le Shugendô peut être défini en tant que courant de magie japonais auquel, à travers les siècles, sinon à travers les millénaires, se sont amalgamés des éléments de magie quotidienne issus de divers horizons culturels. Les symboles Reiki et leurs applications respectives, ainsi que l’association intelligente d’éléments de différentes provenance : bouddhisme, taoïsme, Shintô et Shugendô, permettent de faire un rapprochement avec le système de guérison par l’énergie Reiki créée par Mikao Usui.
Je pense que l’on peut soutenir que Mikao Usui a également été instruit par des ascètes de montagne (yamabushi). En effet, d’une part ces derniers se rendaient, et se rendent toujours, sur le mont Kurama pour se livrer à l’ascèse; d’autre part les techniques et le mode d’utilisation des symboles Reiki, par exemple le symbole CR, ont très voisins de ceux du Shugendô. Enfin les ascètes de montagne et les adeptes du Shugendô se servent du même recueil de rituels, à savoir les Règlements de l’ère Engi (Engi Shiki), ouvrage qui a été compilé au début du Xe siècle de notre ère.

Fondements et développement du Shugendô


Ce qui a énormément contribué au développement du Shugendô, c’est le culte de la nature, culte rappelant celui des temps préhistoriques. En outre, sa rencontre avec les enseignements du bouddhisme ésotérique et du taoïsme, l’influence exercé sur lui par ces deux traditions, ont été à l’origine de représentations et de pratiques tout à fait uniques.
Le terme « Shugendô » a été inventé au Moyen Age; il s’agit en quelque sorte d’une forme populaire de bouddhisme. Si l’on décompose ce mot en ses trois caractères (…) on s’aperçoit qu’il signifie (la lecture se faisant de bas en haut) la voie () parcourue en effectuant, dans les montagnes, des exercices relevant de la magie (shu) en vue d’acquérir des forces surnaturelles pour pouvoir accomplir des actes tenant du prodige (gen). (…)
Déjà dans des sources littéraires comme le Shoku Nihongi, un ouvrage de la fin du VIIIe siècle, il est question de forces prodigieuses rappelant celles possédées par un Bouddha, un être humain parvenu à la plus haute réalisation spirituelle. Au Japon, le VIIIe siècle constitue un tournant capital. L’écriture y ayant été introduite au VIe siècle, en même temps que le bouddhisme, ces nouveautés n’ont porté leurs fruits qu’après le temps nécessaire à l’assimilation. (…)
Il est difficile de déterminer l’époque exacte à laquelle a été forgé le terme de « Shugendô ». Dans un ouvrage intitulé Nihon Ryôiki, compilé au début du IXe siècle, et relatant la vie de son fondateur, à savoir En no Gyôja, le Shugendô est défini de la manière suivante : « … pratiquant le rituel () de la formule magique (ju) du roi des paons, l’on acquiert des pouvoirs extraordinaires (i genriki)… » Il s’ensuit que shugen signifie plus ou moins « pratiquer des formules magiques et acquérir des pouvoirs tenant du prodige ». (…)
Les montagnes constituent le cadre idéal pour effectuer les rituels du bouddhisme ésotérique, se livrer à des exercices astreignants (kugyô), en vue d’amasser des mérites. Les sommets des montagnes se situent entre terre et ciel — ils ne sont ni vraiment terrestres ni vraiment célestes, et cette situation se prête bien aux rituels à caractère magique. Les moines s’exerçant à l’obtention de pouvoirs magiques dans les montagnes étaient appelés, à l’époque des Heian (794-1185) des genja, terme signifiant « personne opérant des prodiges » (moines ou ascètes), tandis que les moines ayant d’insignes pouvoirs miraculeux étaient connus sous le nom de ugen no hito.
Note :
Plus récemment en France, on retrouve ce même thème de rituels au sommet d’une montagne, concernant le Pic du Canigou, dans les Pyrénées.


Kûkai a été initié par un de ces moines opérant des prodiges. Ensuite il s’est établi sur le mont Ko pour pratiquer la méditation de l’Etoile du matin (Gumonji hô) — Mikao Usui la pratiquera à son tour près de douze siècles plus tard sur le mont Kurama. (…) Ajoutons que ce sont les miracles accomplis par Kûkai qui ont persuadé l’empereur de l’efficacité du bouddhisme ésotérique et sa supériorité sur d’autres traditions spirituelles pratiquées à l’époque au Japon.

Note :
Plus d’informations sur le mont Kurama et les origines du Reiki dans cet autre article.  »En mars 1922, sur une montagne spirituelle près de Kyoto nommée Kurama Yama, le Dr Mikao Usui aurait suivi une discipline spirituelle stricte et a médité pendant peut-être 21 jours. Il aurait ainsi reçut l’illumination, comme expérience mystique visionnaire. »


Les montagnes comme champs de forces


Mikao Usui a étudié les techniques de soins de plusieurs traditions : Shintô, taoïsme, bouddhisme ésotérique, Shugendô. Puis un jour, il a escaladé le mont Kurama avec en tête un dessein bien précis. Il y a médité pendant vingt et un jours sans interruption, après quoi il a atteint le but recherché à travers une vision. Ce qui a fait de lui un canal de l’énergie Reiki et un maître Reiki.  (…)
Un aspect essentiel du Shugendô est le travail spirituel effectué dans les montagnes, aux endroits particulièrement chargés en énergie (sangaku shinko). Cette pratique, extrêmement ancienne, se rencontre un peu partout dans le monde. Les différentes traditions présentent entre elles des ressemblances tellement frappantes, qu’elles doivent avoir un fonds commun, lequel remonte sans doute aux temps préhistoriques. (…)

Connexions entre Shugendô et chamanisme


Comme nous l’avons mentionné un peu plus haut, les pratiques se sont amalgamées, issues de différentes traditions (…). Les racines du Shintô et du Shugendô se recoupaient à certains égards, puis les deux courants spirituels se sont plus ou moins séparés, avant d’échanger à nouveau entre eux. (…)
Dans le Japon ancien, comme dans les plupart des civilisations anciennes, les chamanes jouaient un rôle capital. Traditionnellement, le chamane est celui qui au sein d’une communauté est le plus doué pour communiquer avec les mondes subtils en état de transe ou d’extase, percevoir de coeur à cour les membres de sa communauté en sorte de faire régner l’harmonie dans le village, ou entre deux villages. (…) Chaque fois que les circonstances le requièrent, le chamane se fait l’intermédiaire entre les humains ou entre les humains et la nature, ou encore les humains et les êtres de lumière. Certains indices prouvent qu’à compter de l’époque des Heian (794-1185), les chamanes ont adopté la récitation de mantra pour bannir les différends et les querelles, écarter les préjudices ou faire tomber la pluie, mantra qui étaient issus de bouddhisme ésotérique et du taoïsme.
Note :
Voir aussi, sur le chamanisme Wu : Les Chants de Chu, une anthologie de poèmes mêlant chamanisme et taoïsme.


Ryôgen, un moine tendai (912-985) également connu sous son titre posthume de Jie Daishi, a développé, en se fondant sur des points spécifiques du Tendai et du taoïsme, un cérémonial magique dont l’objectif était l’éloignement des dangers. A cet égard, une méthode largement répandue consistait en l’emploi d’amulettes : la personne dessinait des symboles sur du papier, qu’elle fixait ensuite sur la porte d’entrée de sa maison. (…)
Les moines et les laïcs bouddhistes se livrant à l’ascèse spirituelle dans des endroits reculés de montagnes sacrées étaient en contact avec les magiciens et les chamanes locaux sédentaires (yamabito), (…) C’est à cette même époque qu’a eu lieu également la propagation du taoïsme au Japon. Le Shugendô est né des pratiques magiques autochtones, du boudhisme, du taoïsme et du Shintô.
Parmi les magiciens d’obédience chamanique, il y avait En no Gyôja, un habitant des montagnes (yamabuto) qui avait acquis une certaine réputation grâce à un don exceptionnel de prophétie et d’autres pouvoirs magiques. Mais il a fini par être calomnié et rejeté. C’est lui qui est tenu fondateur du Shugendô, si tant est que ce terme soit adapté, parce que le Shugendô paraît plutôt être le résultat d’un long développement.
Le premier bouddhisme importé de Chine n’avais pas rencontré grand écho parmi les couches populaires au Japon. La raison en est qu’il existait depuis des siècles des magiciens capables de résoudre efficacement les problèmes de la vie courante des gens. Le courant auquel ils appartenaient est connu sous le nom de jujutsu, terme signifiant littéralement métier/art de la magie. Ce sont les procédés magiques propres au Shingon et au Tendai qui ont permis au bouddhisme de s’implanter dans les couches populaires. Dès le VIIIe siècle on remarque un certain engouement pour la magie à l’intérieur des monastères. Les pratiques importées de Chine se révélaient plus efficaces que les pratiques autochtones.
C’est en 729 que la magie autochtone a officiellement été interdite au Japon. Peu de temps après, les symboles siddham, les mantra et les mûdra ont commencé d’être enseignés dans les monastères; et leur pratique promettait d’être aussi efficace que la magie autochtone. Ensuite, seuls les moines libres ont pu continuer à s’instruire à la magie autochtone, à savoir avant leur ordination. Kûkai a lui aussi profité d’une formation à la magie autochtone. Dans ses années de noviciat, il avait pérégriné dans les montagnes, rencontrant là des chamanes ou d’autres ascètes sédentaires. Et ces derniers lui ont communiqué de précieux enseignements. Puis, durant son voyage en Chine, Hui-kuo, le septième Patriarche du Shingon, lui a enseigné outre les deux courants du bouddhisme ésotérique (avec notamment l’écriture siddham), le taoïsme, de sorte qu’il a pu faire des rapprochements avec le chamanisme autochtone.
Kûkai, et d’autres moines, ont apporté le bouddhisme aux couches populaires, mais ont en même temps été instruits par les chamanes des différents lieux. Les tenants du bouddhisme au Japon n’ont pu faire autrement que de se rapprocher des chamanes, de partager avec eux les tâches et les fonctions, ou bien de les assumer en totalité, sans quoi le bouddhisme n’aurait pas été accepté par ces couches populaires. Il aurait continué à être l’apanage de la cour impériale et de la noblesse, et un objet d’étude pour les moines des monastères.

Source
Revenir en haut Aller en bas
Lydie




Messages : 1443
Date d'inscription : 29/07/2013
Age : 52
Localisation : Perpignan

MessageSujet: Re: Les origines du Reiki : Shugendô, un courant de magie proprement japonais [Symboles et magie] Jeu 29 Mai 2014 - 14:27

J'ai commencé à le lire puis j'ai décroché.

  

_________________
arc-en-ciel  soleil  arc-en-ciel d 
L'Aphanizomenon flos-aquae, c'est quoi ?

Etreinte  G+
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lydie-bonnet.fr/
Jew




Messages : 1962
Date d'inscription : 14/05/2013
Age : 25

MessageSujet: Re: Les origines du Reiki : Shugendô, un courant de magie proprement japonais [Symboles et magie] Jeu 29 Mai 2014 - 16:10

Là, je trouvais intéressant les pistes proposées.

Par contre, je n'ai jamais lu le livre mais il ne m'a jamais tenté. Je préfère La Quintessence du Reiki !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Les origines du Reiki : Shugendô, un courant de magie proprement japonais [Symboles et magie] Aujourd'hui à 10:46

Revenir en haut Aller en bas

Les origines du Reiki : Shugendô, un courant de magie proprement japonais [Symboles et magie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Reiki Usui :: S'informer, évoluer :: Livres - Revues - Documents :: Livres-
Sauter vers: